Forcenés

Voici un texte envoyé par Angels, le grand contributeur de ce site, sans qui ce serait bien tristounet. Alors, on y va ?

 

Roger De Vlaeminck, le détenteur du record des victoires dans Paris-Roubaix dont la 106ème édition aura lieu dimanche (en fait le 13 avril 2008), a été décrit par l’écrivain Philippe Bordas dans son livre « Forcenés » (édition Fayard, 300 pages) paru récemment.

 

Morceaux choisis consacrés au Gitan, le surnom de Roger De Vlaeminck, dans cette « épopée célinienne » suivant la formule de l’ancien prix Goncourt Jacques-Pierre Amette pour décrire la « rafale d’images, de sensations, d’histoires vraies » racontées par Philippe Bordas:

 

« Roger De Vlaeminck est un braque hautain, sûr de son affaire. Un bouquet d’élégance et d’arrogance froides. C’est un Keith Richards, avec du mollet. Il s’est fait une gloire à onduler sur les sols en décomposition. Il y a mis un style. Il est devenu un champion moderne sur le vestige d’antiques voies. Il détient le record des victoires dans Paris-Roubaix. Quatre victoires en six ans. Quatre places de deux. Une place de trois. Et une seule crevaison. »

 

« De Vlaeminck est maître des pavés posés en vrac exprès, le Néron d’une Apocalypse pour de faux. C’est un joueur, virtuose et beau gars dans l’Enfer imité de Dante et des satanistes médiévaux. Les joues gouachées de boue, il fait le coquet; le corps rayé d’un lisier recueilli au Carrefour de l’Arbre, il se regarde pédaler. La souillure des éléments lui fait un habit entre marron et brun. »

 

« Par lui s’ébauche le portrait du Flamand agité du vieux sang espagnol, une mêlée de rugosité et de fierté animale, la feritas des Latins. Roger De Vlaeminck aimait se perdre. Il était né dans le rien, où il se retrouvait. Son père Phil, dit Fiele, était drapier; il épousa une gitane – des marchands ambulants. Ils traversaient les Flandres derrière deux gros chevaux tirant une roulotte chargée de mercerie, de casseroles, de rubans et de dentelles tissés l’hiver à la veillée, quand le vent hurlait entre les essieux. Roger est né près d’Eeklo, sur des roues en bois, entre Bruges et Gand, au bout du village de Kaprijke, sur l’aire de misère que laissent les bourgeois. L’empreinte à vie des chemins mauvais et l’odeur du froid. »

 

« Le Gitan vainc toujours de la même façon. Il part en lévrier sur le pavé le pire. On attend la sortie du boyau pulvérulent. Dans l’instant mourant où chacun veut souffler, Roger De Vlaeminck s’arrache. Buste immobile sur des bielles de pétrolette, il révèle dans l’effort la face rose des lèvres. »

 

« Les anciens étaient stupéfaits par sa fluidité d’anguille, cette lucidité intacte sur le corps en flottaison. Roger ne tombait pas, il ne crevait jamais. « J’étais le seul à pouvoir faire cela. » Pendant dix ans, le Gitan a laissé derrière lui des spectres enduits de vase, des hommes encalminés qui l’ont vu s’éloigner avec la grâce d’un serveur du Ritz. Brick Schotte, le vieux Flandrien, Merckx soi-même et Van Looy ont dit leur stupéfaction. C’était un exploit de suivre le sillage du Gitan: il est avéré que ceux qui ont pris son exact chemin y ont tous crevé. »

 

« Les mécanos jettent les roues à la fin de Paris-Roubaix. Un coup de chiffon suffisait pour celles de Roger – deux soucoupes intactes. Comme Keith Richards, il faisait le facile, mais c’était une âme frottée au mal comme lui; il s’exerçait dans les coursives – masquant la peine pour induire la transcendance du génie. »

 

« Il était prêt, le jour J. Ni la veille. Ni le lendemain. Il partait seul au matin, les poches emplies de provisions; il prenait soin de son vélo. Il n’escomptait pas de soutien en course, ni sucreries offertes, ni le prêt d’une roue. Il avait le monde contre lui et la paranoïa rangée avec les pâtes de fruits. »

 

« Roger De Vlaeminck a tout perdu. Sauf le titre. Monsieur Paris-Roubaix. Marqué au feu sur le front. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s