Requiem pour un con…

Lettre ouverte d’un fan à un chanteur nasillard décoloré qui se croit dans le coup :

Cher Florent,

Tu permets que je t’appelle Florent ? Je voudrais parler un peu de toi sur mon blog… Alors comme je ne connais pas tes attaché de presse et avocats je passe directement par toi.

D’abord je voudrais savoir combien il va m’en coûter. Non, non, non ! je n’ai aucun problème là dessus. Tu sais je comprends bien que quelqu’un comme toi ne peut pas jeter en pâture son nom à quelqu’un comme moi, insignifiante créature, sans une compensation financière.

Je suis le premier à dire qu’un véritable artiste comme tu l’es doit être libéré de toute contingeance bassement matérielle.

Florent, je suis heureux que la France ait enfin compris par l’intermédiaire du tribunal d’instance de Versailles qu’il doit bien y avoir deux poids et deux mesures : d’un côté la loi qui s’applique au commun des mortels et de l’autre celle qui s’applique aux grands de ce monde comme O J Simpson, Mickael Jackson, Johnny Hallyday et toi Ô grand Florent – 1m62 sans talonnettes –

Je voudrais tant être toi, ce formidable acteur qu’on a pu apercevoir dans des classiques tels que Fort Saganne, l’As des As ou l’Inspecteur La Bavure…Je voudrais tant être toi, moi le misérable vermisseau, toi qui a connu des premiers succès à la hauteur des plus grands comme « N’importe quoi » ou « Laissez nous respirer » titre dans lequel tu as frisé l’excommunication en y prononçant le mot « con » à plusieurs reprises. Y a pas à dire toi tu as des couilles.

Florent, comment fais tu pour arriver à accepter que la petite Vanessa (dont tu as lancé la carrière, c’est sûr) ait une aventure avec ce minable petit comédien américain Jimmy ou Johnny Depp ?

C’est certainemant ta grandeur d’âme toute naturelle qui parle. La même qui te fait accepter de laisser se faire de la publicité sur ton seul nom à cette association dont le but est de fournir des repas l’hivers à des fainéants assistés qui n’ont pas l’esprit d’entreprise à l’américaine dont tu fais preuve.

Il est vrai que ton courage est si grand que tu as refusé la carrière américaine qui s’offrait naturellement à toi pour prendre le risque de chanter de la vraie daube pour laquelle tu acceptes de faire le voyage entre la Patagonie où tu vis loin de ton public que tu conchies et la France peuplée à tes yeux de parfaits crétins et autistes juste bons à acheter tes albums de reprises d’opérettes ou de chansons pour sourds-muets !!

Je voudrais terminer ce panégyrique en soulignant le travail de composition qu’il t’a fallu accomplir pour ton dernier succès « Ma Liberté de Penser » tant il est vrai que la liberté tu connais mais penser, euh… merci donc à l’Actor’s Studio pour ce bon boulot.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s