Big Beaufer is watching you

chaanie-sp2Je déteste, mais alors, je déteste l’esprit « petit village ». On me vantera la convivialité ? Moi je brandirai mon droit à la tranquillité et à la vie privée. J’ai grandi dans un bled qui bénéficiait d’une vue imprenable avec vis à vis sur cette maladie honteuse qu’est la curiosité malsaine des petites vies mornes gangrainées par la jalousie et l’ennui ; autrement dit, je sais de quoi je parle.

Moi, la vie des gens, globalement, ne m’intéresse pas et m’intéresse d’autant moins quand ces gens sont mes voisins : leur proximité me les rend encore moins aimables et leurs histoires de famille, de cul et d’impôts, me fascinent autant qu’un numéro de « Chasse et Pêche » après les soirées trop arrosées de ma prime jeunesse. C’est dire.

Non, moi, je me fous de savoir que mes voisins ont des problèmes, et s’ils en ont qu’ils les gardent pour eux : moi, je veux la paix. Je leur dis bonjour avec le sourire, je prête du sucre, du sel, j’accepte de me plier au rituel abrutissant de la discussion météorologique d’une vacuité mortelle, mais c’est tout. Et c’est déjà beaucoup. Aussi, quand je croise une de mes voisines qui me dit « Alors comme ça, vous avez été cambriolée ? « , alors que je me suis bien gardée de le dire à qui que ce soit, je suis énervée. Comment l’a-t-elle su ? En demandant aux policiers venus verbaliser l’effraction, sur le trottoir, le soir de la découverte du cambriolage. C’est pas joli ça ? J’ai un mépris terrible pour ce genre de personne, je déteste, que dis-je, j’abhorre, ce genre d’attitude. Alors, bien sûr, aujourd’hui, quand mon autre voisine m’a dit « Alors comme ça vous avez été cambriolée ? », mon sang n’a fait qu’un tour : mais putain qui ignore que j’ai été cambriolée ?! Mais allez-y, mettez des affiches, des fois que l’information ne serait pas encore revenue aux oreilles de personnes qui ne manqueront pas de se dire que ce qui a été fait une fois se referait tout aussi bien. Mais qu’est-ce que cela peut vous foutre, hein ? Mettez des serrures trois points à vos portes et ne me venez pas m’emmerder avec vos « Alors comme ça vous avez été cambriolée ? » pour avoir des détails que vous vous empresserez d’aller raconter, à moins que ma discrétion et mon silence obstinés sur la question n’aient d’ores et déjà donné naissance, dans vos petites têtes de beaufs ragophages, à une usine à fantasme qui inventera ce que j’ai tu.

Arghhhhhhh !

Ça fait du bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s