Aux Champs Elysées, pinlam pampam pam, Aux Champs Elyséeeess…

chaanie-sp2Au soleil, sous la pluie, à midi ou à minuit, il y a tout ce que voulez, aux Champs Elysées.
Voilà pour l’introduction originale prompte à retenir l’attention, maintenant, passons aux choses sérieuses, voulez-vous ?

Que trouve-t-on aux Champs-Élysées ? Des morts heureux. Si, ça existe. Pour vous en convaincre, je vous propose un petit tour guidé des Enfers…. Bon, on y trouve aussi des malheureux pas très loin, je ne vous mentirai pas.

Vous avez votre obole ? Soit, embarquez ! Mieux que le Parc Astérix, mieux qu’Eurodisneyland, voici….

LES ENFERS ….

Les Enfers sont dans l’antiquité le séjour des morts, de tous les morts, et non comme l’Enfer des chrétiens, un lieu de châtiments réservé à ceux qui se sont mal conduits durant leur vie terrestre. Les Grecs pour le désigner, disent l’Hadès, sous-entendu, le royaume d’Hadès, Dieu des morts qui y règne avec son épouse Perséphone, ou encore l’Erèbe. Contrairement à ce que suggère le mot latin inferi, qui désigne les lieux d’en-bas, ce n’est pas forcément ( cette représentation tendra vite à dominer) un lieu souterrain. Dans le chant XI de l’Odyssée où Ulysse se rend par la mer au royaume des morts, celui-ci se trouve à l’extrémité septentrionale du monde, au-delà du fleuve Océan qui encercle la terre, séparant le monde des vivants de celui des morts. Il est aussi souvent situé vers l’Occident, lieu où se couche le soleil censé se rendre chez les morts pendant la nuit, et opposé à l’Orient, côté de l’aurore et de toute renaissance.

Le séjour des morts est peuplé d’ « âmes » ou « ombres« , sortes de doubles immatériels des êtres vivants, qui se détachent d’eux à l’heure de la mort. Elles mènent aux Enfers une vie larvaire, dans un monde brumeux, en proie au souvenir lancinant de leur vie terrestre. Le même sort est réservé à tous, sans distinction entre « bons » ou « méchants » ; seuls sont châtiés ( et je vous prie de croire que ça ne rigole pas) les criminels mythiques qui ont osé défier les Dieux.

Ce lieu de désolation est cerné de fleuves effrayants : le Styx aux nombreux méandres, dont le seul nom est le garant solennel des serments prêtés par les Dieux, le peryphlégéton (fleuve de feu) et le Cocyte, rivière des gémissements, dont les cours se rejoignent pour former l’Achéron, aux eaux fangeuses. Pour pénétrer dans le royaume des morts, l’âme doit franchir ce fleuve dans la barque du sinistre passeur Charon , moyennant une obole que l’on place (si l’on est un parent bien élevé et attentionné) dans la bouche du défunt, faut de quoi, elle demeure sur la rive, errant pour l’éternité.

Le terrible Cerbère intervient ici : il garde la porte des Enfers. Bien que tous les morts se retrouvent dans les Enfers, les justes vont dans Les Champs Élysées et pour les criminels, une suite VIP des plus redoutées est mise à disposition : Le Tartare. Qui sont ces « Very importants pas de bol » que l’on parque dans cet endroit peu fréquentable ? Vous les connaissez : Tantale, Ixion, Sisyphe, les Danaïdes…

L’âme se rend dans l’un ou l’autre des endroit après avoir comparu devant les trois juges suprêmes que sont Eaque, Minos, et Rhadamante, tous trois fils de Zeus. L’on trouve chez Platon notamment l’évocation d’une réincarnation des âmes, qui, avant de remonter sur terre vont boire l’eau du Léthé, fleuve de l’oubli. Notez que chez les poètes orphiques, l’âme de l’initié, conduite par Hermès psychopompe (conducteur d’âmes), avertie avec précision de l’itinéraire à suivre au pays des morts et des formules à prononcer, pourra boire, finalement, l’eau du lac de Mémoire et retrouvera ainsi son origine divine et son éternité.

Divers mythes antiques montrent des mortels qui s’offrent (les chanceux) un aller-retour aux Enfers : Héraclès, Thésée, Orphée, Enée… (Je n’ai jamais dit que c’était la piétaille non plus…). Leur victoire sur la mort confirme leur statut héroïque.

Aux Champs Elysées, pinlam pampam pam, Aux Champs Elyséeeess… – Blogo ergo sum (cliquez)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s