La journée de la Femme

chaanie-sp2A quoi sert la « Journée de la Femme » ? Cri féministe sur-aigu:  » A parler des femmes et de leur statut dans la société, de leur exploitation sexuelle, à dénoncer les violences verbales et/ou physiques auxquelles elles sont exposées, les injustices dont elles font les frais etc. » Oui, c’est vrai. Cette journée est en effet le théâtre d’interventions visant à informer les femmes de leur droit et à rompre le silence sur les pratiques scandaleuses et inhumaines qui sont le quotidien de certaines -malheureuses- d’entre-elles. Oui, c’est une façon sans doute de mettre en lumière l’espace de quelques heures sur la scène nationale, les sujets sensibles dont tout le monde se contrefout au quotidien. Et pourtant, que la première ou le premier qui trouve cette initiative révolutionnaire et incontestablement adaptée me jette le premier soutien-gorge. Moi, je suis désolée, ça doit être mon côté rebelle-frigide-misogyne mais ça m’énerve, ça m’horripile même. D’abord, parce tout ça a un arrière-goût de démagogie franchouillarde (vous savez, le coup de la Patrie des droits de l’Homme), ensuite parce qu’il ne faut pas surestimer l’intelligence de certains de nos concitoyens, ainsi, ai-je pu lire hier matin sur la devanture d’une boutique de fleuriste cette invitation péremptoire et un rien stressante :

MESSIEURS, AUJOURD’HUI FÊTE DE LA FEMME, OFFREZ DES FLEURS !

Mais oui mon bon monsieur, la fête de LA femme (j’insiste particulièrement sur cet article défini qui nous fond toutes en une seule et même entité et nous désigne un peu à la manière des foires d’antan : « la foire de la vache charolaise », à titre d’exemple très personnel et absolument contestable, ne m’en déplaise), la fête de LA femme disais-je, c’est un peu comme la fête des grands-mères (notez que là, on ne dit pas la fête de LA grand-mère ce qui déjà devrait mettre Madame la fleuriste sur la voie), la fête des secrétaires (si, cela existe), la fête des pères et tout le toutim, même combat quoi… Sauf que non, justement, « la fête de la Femme », c’est pas tout à fait ça Madame la fleuriste. C’est plus profond, moins motivé par des ambitions mercantiles, plus noble, plus éthique en somme… Enfin, a priori… Enfin, originellement… Et là, je ne suis même plus sûre de moi.

Parlons donc des maux infligés à LA femme, applaudissons les heureuses et courageuses initiatives des associations de défense des droits des femmes, mais pitié, qu’on ne retire pas à cette « journée » qui peine déjà à ne pas n’être qu’un ridicule exercice d’hypocrisie gouvernementale (A quand la journée de L’Handicapé ? Trop glissant le terrain ?) le peu de sérieux qu’on peut être tenté de lui accorder en demandant aux messieurs de célébrer notre divine féminité à coup de bouquets de fleurs.

A méditer : En France, on a la « Semaine du goût » et la « Journée de la Femme »…Toutes deux initiatives gouvernementales.

Je laisse le mot de la fin à Monsieur Pierre Desproges, féministe intelligent : « Une femme sans homme, c’est comme un poisson sans bicyclette. »

La journée de la Femme. – Blogo ergo sum (cliquez)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s